Du côté des agences

Territoires d’Industrie : en Nord-Franche Comté, un outil démultiplie les effets des conventions de revitalisation

Territoires d’Industrie : en Nord-Franche Comté, un outil démultiplie les effets des conventions de revitalisation


Bien en amont de la mission « Territoires d’Industrie », les agences de développement se mobilisent depuis des années pour accompagner le tissu industriel de leur territoire. Après la présentation de la démarche RESILIAN en Alsace (à retrouver ici), et le projet Révélateur 4.0, porté à l'époque par l'agence ARII Sud (aujourd'hui Rising Sud), retrouvez ici l’outil Aire urbaine investissement, déployé en Nord Franche Comté pour accompagner le déploiement des moyens issus de conventions de revitalisation.

 

Regroupant 40% du PIB de l’ancienne région Franche-Comté avec la présence de nombreux groupes industriels (PSA, General Electrics, Alstom….), le Nord Franche-Comté constitué autour des agglomérations de Belfort et de Montbéliard a été profondément touché par les mutations du tissu industriel : ainsi, dans les années 2010, près de trois conventions de revitalisation sur quatre à l’échelle de la Franche-Comté ont été identifiées sur le territoire.

 

En 1991, à la fermeture de l’usine Bull Périphérique et de la perte de ses 1400 emplois, les acteurs économiques s’étaient déjà mobilisés pour créer un premier outil de revitalisation dénommé Sybel qui connaît alors une première évolution, sous l’égide d’Alstom et GE, sous le nom de Belfort Investissement. En septembre 2009, sous la double impulsion de la direction de Belfort Investissement et du Commissaire à la réindustrialisation, l’outil se transforme et s’organise à l’échelle du bassin industriel Nord Franche-Comté. Premier bassin industriel de la région. C’est la naissance d’Aire urbaine Investissement, un outil de mutualisation des moyens privés issus des conventions de revitalisation.

Des moyens mutualisés pour une action démultipliée

 

Créée sous forme d’une SAS au capital de 100 000€, l’outil répondait à de multiples objectifs:

  •  disposer d’un outil commun piloté par les acteurs économiques locaux et permettant d’accompagner la désindustrialisation et la diversification des activités économiques du territoire dans la durée ;
  • éviter la présence d’autant d’acteurs privés que de conventions de revitalisations ;
  • réduire les frais de fonctionnement afférents ;
  • éviter le saupoudrage des aides sur le territoire pour maximiser l’effet à long-terme ;
  • harmoniser les moyens issus des différentes conventions et démultiplier les moyens utilisés.

Les actionnaires sont de plusieurs types : l’ADEBT et l’ADU, aujourd’hui fusionnées dans la nouvelle agence de développement ADN-FC, détenaient chacune 25% du capital (l’agence en possède aujourd’hui un-tiers). Le reste était confié le solde du capital s’est progressivement réparti, à mesure de l’extension d’AUI, entre les CCI du Doubs, du Territoire de Belfort et de Haute-Saône, les trois groupes industriels locaux, les deux SEM, deux banques mutualistes, et la société d’investissement régionale. Les premières conventions sont signées en 2009 avec des industriels tels que Faurecia ou Sense. Aujourd’hui, la société gère une trentaine de conventions de revitalisation. Aire urbaine investissement intervient principalement par l’octroi d’avances remboursables (prêts à taux 0, sans garantie, sans caution, généralement remboursables en 24 mensualités) et plus rarement de subventions. Le montant de ces aides est fonction des emplois créés.  L’outil n’est pas seulement financier : à la fois plateforme de mutualisation et réseau de partenaires, il permet d’apporter rapidement expertise et conseils aux industriels et entrepreneurs de la région. 

 

 Et aujourd’hui ?

 

Depuis sa création, l’action d’AUI a été de premier plan sur le territoire : depuis sa création, AUI, en lien étroit avec ses partenaires publics et privés, a pu mobiliser 12M€ de fonds 100% privés au bénéfice de l’emploi local, auprès de 280 entreprises, contribuant ainsi à la création ou au maintien de plus de 3 200 emplois. Aire urbaine Investissement est aujourd’hui partenaire d’une société régionale de capital-risque, qui gère entre autres le fonds venant en aide aux entreprises en consolidation. En début d’année 2016, ce fonds a été doublé à hauteur de 8 millions d’euros. Notons qu’AUI mutualise également les fonds de revitalisation des 8 départements de Bourgogne Franche-Comté affectés à ce fonds régional. Ainsi le dispositif nord-comtois a pu lui apporter plus de 2,4M€.

 

AUI démontre ainsi qu’il est possible de réunir autour d’une même table de travail et dans un objectif commun des profils différents composés des grands groupes industriels, de l’Etat, du monde consulaire, des collectivités locales (via leur agence ADN-FC) et de banquiers mutualistes.