Actualités générales

Que faisait le CNER à Naples ?

A l’invitation d’EURADA, l’Association Européenne des Agences de Développement, le CNER participait au Workshop c.MET05 qui se déroulait à Naples le 14 juin.

Que faisait le CNER à Naples ?


A l’invitation d’EURADA, l’Association Européenne des Agences de Développement, le CNER participait au Workshop c.MET05 (voir ici le programme) qui se déroulait à Naples le 14 juin. C’était l’occasion de présenter le nouveau cadre du développement économique en France post loi NOTRe.

 

Le cMET05 créé par l’Université de Ferrare en 2005, rassemble plusieurs universités italiennes dont celle de Naples, autour de réflexions sur l’économie appliquée avec un regard particulier sur les politiques industrielles, le développement local et l’internationalisation. Ce séminaire s’intéressait au thème suivant : Le Nouveau Monde - Changements économiques, transformations sociales et politiques de développement.

 

Les sujets et débats des tables rondes, issus de problématiques italiennes, se sont appuyés sur des bonnes pratiques d’autres territoires européens (Espagne, France, Royaume Uni, Belgique…) mais aussi de Chine, Éthiopie, Afrique du Sud et Mexique.  Paradoxalement, le contexte très italien des travaux abordés dans ce séminaire contrastait avec l’ouverture très internationale des idées et aussi les deux langues officielles du séminaire, l’anglais et l’italien, utilisées indifféremment.

 

L’interdépendance des systèmes économiques était au centre des échanges et prenait une couleur locale particulière dans le contexte italien où la fracture entre les territoires riches du Nord et ceux désertés et en voie d’appauvrissement du Sud est très vive. Un intervenant illustrait la situation en soulignant que si le Sud de l’Italie était un état indépendant il serait le pays le plus vieux du monde devant le Japon ; tous les talents du Sud partent travailler dans les régions du Nord. 

 

Étonnamment encore, on note que le développement économique italien ne suit pas les autres modèles européens avec peu de structures de type agences de développement ou d’attractivité.  La région d’Emilie-Romagne vient seulement de s’organiser avec une agence de développement économique et d’attractivité, https://www.art-er.it/ qui rassemble plus de 400 personnes, issues du regroupement de structures existantes. Le président de cette nouvelle entité est un universitaire, le Professeur Marco Di Tommaso, qui dirigeait une partie des débats lors du cMET05 de Naples.